fbpx

    Kristina Bazan, l’artiste multifacette Artiste Biélorusse

    À seulement 24 ans, Kristina Bazan est une artiste complète, touche à tout et multifacette. It-girl à la renommée internationale, auteure, song-writer, elle est aujourd’hui l’une des personnalités digitales qui compte, notamment classée par Forbes parmi les 30 personnes de moins de 30 ans les plus influentes au monde dans l’art et la mode. Ainsi, à l’occasion de la sortie de “Clockwork“, le premier extrait de son nouvel album, Angela Anz, la Business Developer a échangé avec elle.

    KODD MAGAZINE: Parle-moi de toi et de ton parcours.

    KRISTINA BAZAN: Je m’appelle Kristina Bazan, j’ai 24 ans. Je suis née en Biélorussie, à Minsk mais j’ai beaucoup voyagé durant mon enfance. Quand j’avais quatre ans, mes parents et moi avons déménagé aux États-Unis et à l’âge de 7 ans, nous avons déménagé en Suisse où j’ai grandi jusqu’à l’âge de 20 ans. Ensuite, j’ai décidé de retourner aux États-Unis. Plus sérieusement, je viens de déménager à Paris il y a environ un an, j’ai signé avec mon label pour travailler sur mon premier album.

    En termes de carrière, j’ai toujours eu un esprit libre et j’ai placé la créativité au centre de ma vie. Je ressens constamment le besoin de créer et de m’inspirer. La création pour moi, donne du sens à tout, bon et mauvais, tout vaut la peine de vivre et d’expérimenter s’il peut servir à la création et stimuler l’imagination. J’aime écrire et photographier, ainsi quand j’avais 17 ans, j’ai ouvert un blog qui est devenu très populaire. Cela m’a permis à un jeune âge de développer un public et de partager une partie de ma vie. Pour moi ce blog, que j’ai encore aujourd’hui, est comme un journal où je partage des pensées, des images et documente mes voyages. Cependant, j’ai toujours eu un grand rêve, celui de faire de la musique. J’ai envie de musique et d’écriture depuis que je me souviens de moi-même. J’ai commencé à écrire des chansons vers l’âge de 13 ans et j’ai rejoint un groupe de rock avec mes amis vers l’âge de 15 ans. Mais j’ai toujours été très timide … L’écriture et la composition étaient très thérapeutiques pour moi. gamin introverti, j’écrivais plus pour moi-même que pour partager avec les autres. Finalement, le désir de faire de la musique a commencé à grandir et c’est devenu ma plus grande obsession. La musique a toujours été au cœur de ma vie car c’est pour moi la manifestation ultime de la créativité. Même si mon blog a commencé à attirer beaucoup d’attention dans le monde de la mode, j’ai toujours ressenti un désir viscéral d’aller vers l’industrie de la musique. Et c’est progressivement que j’ai commencé à faire le changement, reliant éventuellement ces deux passions ensemble.

    KM: Après t’être imposée dans le monde du luxe et de la mode, pourquoi as-tu finalement choisis la musique ?

    KB: Comme je l’ai dit précédemment, la musique a toujours été là pour moi à travers le bien et le mal. J’ai toujours été une personne très timide et introvertie, bien que ce ne soit pas nécessairement la première impression que je dégage. Par exemple, je préfère lire un livre quelque part dans un endroit calme que de faire la fête (bien que mon côté sauvage peut soudainement se réveiller aha). Mais j’aime aussi m’éclater ! C’est juste une question d’équilibre. Il y a toujours un million de choses qui me traversent l’esprit et je me sens beaucoup plus à l’aise dans un studio de musique, en créant, en chantant, en jouant de la guitare ou du piano, en passant du temps avec des gens, plutôt que d’assister à un événement de mode et de se nourrir de petites discussions. Même si j’adore l’industrie de la mode et célébrer sa beauté magique ainsi que la pensée et l’artisanat incroyables qui s’y rattachent, pour moi, c’est un monde qui peut être dangereusement superficiel. Je dois dire qu’il y a eu un moment où cet aspect m’a vraiment affecté négativement. Je suis très sensible et dès que je sens que je suis dans un environnement qui manque d’intégrité, ou lorsque le jugement est uniquement basé sur des perceptions, je prend du recul. Je veux prendre la beauté et la magie de la mode, l’expression de soi, le bien et transposer un environnement qui pour moi, à ce stade de ma vie, se sent plus réel et authentique. J’ai tellement peur du vide, des eaux peu profondes … Mais la musique, la musique est toujours là pour revenir à ce qui compte vraiment. Vous ne pouvez pas vraiment faire semblant avec de la musique. Cela doit venir de l’âme. Bien sûr, comme dans toute industrie, en particulier dans le divertissement, il y a de la superficialité partout. Je préfère de loin le processus de création de musique car il englobe tant d’aspects. J’aime la sueur, l’introspection, la difficulté qui y pénètre … Il faut trouver une clarté mentale complète pour exprimer son histoire de la meilleure façon, la plus intelligente possible, puiser dans le cœur d’un sentiment, d’une émotion, assez précisément pour celui qui l’écoute pour ressentir la même chose. C’est incomparable.

    KM: Comment ton single “CLOCKWORK” est-il né ?

    KB: C’est une chanson que j’ai écrite il y a un peu moins d’un an lors d’une séance avec mon producteur Louis Côté. Nous nous amusions avec quelques beats urbains et avions eu l’idée de faire une piste avec deux tempos. Je voulais juste faire une chanson qui avait une sensation électronique, futuriste, mais une certaine mélancolie et une certaine obscurité, une chanson qui sonnerait cinématographique et qui, espérons-le, a transporté le public dans un autre monde … Alors nous avons joué avec beaucoup de sons étranges et finalement ils ont inspiré le texte et la signification générale de la piste.

    KM: Par ailleurs, quelle histoire se cache derrière le clip “CLOCKWORK” ?

    KB: Je me suis promise de ne pas donner trop d’interprétation du clip ou de la chanson, car je pense que la beauté de faire quelque chose sans objectif, c’est de laisser les gens créer leurs propres histoires à ce propos et soulever des conversations. Mais ce que je peux dire c’est que c’est une chanson qui peut être écoutée sur plusieurs niveaux, vous pouvez écouter les paroles et faire une interprétation comme si c’était une chanson d’amour, ou vous pourriez aller plus loin et entendre tous les petits indices cachés. Bien sûr, la chanson s’appelle Clockwork, référence au film Stanley Kubrick “A Clockwork Orange” qui parle de ce jeune homme qui s’exprime par la violence. C’est une sorte d’histoire sur la victime de la violence et de la cruauté. Je pense que notre génération en a de nos jours avec les réseaux sociaux et les extrêmes auxquels nous nous sommes adonnés. Avec mon expérience des réseaux sociaux et le genre de position que j’y joue, je voulais absolument soulever des points d’interrogation et faire un léger commentaire, de façon très métaphorique. C’est une piste qui peut sembler assez “sombre” au début, mais pour moi, c’est en fait très brillant et léger, car c’est une prière pour l’espoir après tout.

    KM: J’ai écouté ton son “OUT” sorti il y a 2 ans et l’identité musicale est assez différente. Comment as-tu pu faire une telle transition ?

    KB: Oui très différente en effet … À l’époque, je savais déjà que je voulais aller vers un son plus sombre, plus sensuel et mélancolique pour mon projet de musique mais j’étais encore au milieu de mon développement artistique et je pense toujours essayer de comprendre quel genre de musique je veux faire et quel genre d’artiste je veux être. OUT a également des influences urbaines et une ambiance “tourmentée”, que je pense que vous pouvez trouver dans Clockwork également. Mais cela revient finalement aux équipes avec lesquelles j’ai travaillé. OUT a été produit par Brian Kennedy qui a beaucoup travaillé avec Rihanna et Kelly Clarkson. Il a une ambiance plus légère et plus «coqueluche». Je pense que c’était une chanson douce à sortir à l’époque. Avec Clockwork, il y a eu beaucoup d’expérimentation, des mois pour essayer différentes choses. J’avais déjà écrit avec mon équipe à Paris des dizaines et des dizaines de chansons avant d’écrire le premier morceau pour Clockwork. Pour moi, l’évolution est tout aussi importante que les gens avec qui j’ai commencé à travailler depuis mon arrivée à Paris, ce qui correspond beaucoup plus à la vision sur le long terme que j’ai pour mon projet.

    KM: Quelles sont tes influences musicales ?

    KB: Mon goût musical est très éclectique, c’est toujours pour moi la question la plus difficile car j’écoute beaucoup de choses différentes. Naturellement, j’ai toujours tendance à graviter vers des choses plus sombres et plus sensuelles. J’aime vraiment les groupes comme Crystal Castles par exemple, avec toutes leurs expérimentations électroniques. Ils ont eu une grande influence sur mon amour de la musique sombre, tordue et futuriste et pourtant ils ont quelques chansons avec des connotations et des sons presque religieux, comme la chanson Femen sur leur dernier album. David Bowie a toujours été une grosse icône pour moi. Je me souviens d’une interview où il disait qu’il n’a jamais aimé sa voix alors il se concentrait vraiment sur ses performances et son écriture. Quand j’ai entendu ça pour la première fois, ça a été un tournant dans ma vie parce que je n’ai jamais vraiment pensé que j’avais une voix spéciale, j’ai toujours rêvé d’avoir une voix plus râpeuse et intéressante. Mais Bowie était un génie, se réinventant constamment, innovant non seulement avec son image mais en repoussant les limites de la perception. Pour moi, il est vraiment l’un des artistes de l’industrie de la musique que je regarde le plus. Il a toujours eu un lien étroit avec le monde de la mode/visuel, ses clips ont toujours été comme des courts métrages, bizarres et extrêmement cinématiques. Et, il a semblé qu’il a toujours été une personne très gentille, simple, humble et authentique. En termes d’artiste féminine, je suis une grande fan d’Annie Lennox et d’Eurythmics, des années 80 et je pense qu’ils ont fait quelques-uns des meilleures clips, “Sweet Dreams” est l’un de mes chansons et clips préférés de tous les temps. Enfin, je suis presque religieuse à propos de mon amour pour Daft Punk, depuis que j’ai entendu Da Funk pour la première fois … Je pense que j’ai écouté tous les podcasts existants à leur sujet, j’ai regardé à peu près toutes les vidéos existantes. Ils sont de véritables artistes, soulevant dans leur musique de vraies questions sur la technologie, l’amour, la réalité … Je pourrais écrire tout un essai sur mon respect et mon admiration pour eux, je vais donc en rester là: la musique pop peut être intelligente, avec une vraie beauté et de la profondeur pour faire danser toute la planète. Ils en sont la preuve. Et le fait qu’ils soient deux parisiens qui n’ont jamais profité de leur vie privée pour promouvoir leur musique est très important et inspirant pour les artistes de nos jours. Tout ce qui compte est la musique.

    KM: Tu maitrises à la perfection ton image. Quel est ton secret ?

    KB: Je ne sais pas si je le maîtrise parfaitement mais merci ahah! En fait, je préférerais de loin porter un masque comme le Daft Punk plutôt que de capitaliser toute ma carrière sur moi-même comme je le fais actuellement. Parfois, il faut beaucoup de poids pour porter l’épaule de quelqu’un. Il y a quelque chose de réconfortant avec l’idée de disparaître derrière un avatar … Je trouve cela assez contraignant et frustrant parfois, que nous ne pouvons être qu’une seule personne. Peut-être que c’est juste que je suis si affamé par la vie et pour en tirer le meilleur parti. J’aimerai en quelque sorte, avoir plusieurs vies dans une… L’exemple typique est que les gens ont tendance à vous mettre dans une case. Par exemple, si vous changez votre style musical en cours de carrière, ou changez d’industrie comme je l’ai fait. C’est comme si vous deviez tout comprendre avant de commencer. Donc, si vous démarrez un projet RnB, vous ne pouvez pas à mi-chemin de votre carrière décider soudainement de faire de la musique rock. Les gens vont plutôt se tourner vers quelqu’un qui fait du rock depuis le début. C’est quelque chose que je ne comprends pas nécessairement. Je suis en constante évolution et j’adore le changement. Mais j’ai l’impression que la plupart des gens n’aiment pas le changement, surtout pas quand il s’agit d’artistes musicaux. Il y a tellement d’exemples à travers l’histoire qui le prouve. J’ai parfois l’impression que je ne peux pas changer autant et aussi souvent que je le voudrais … La seule façon de le faire est peut-être d’avoir d’autres identités secrètes et de publier des choses sous un autre nom.

    Mais je suis en effet une perfectionniste et un genre de monstre de contrôle, je l’admets … bien que je pense qu’il y a tellement de beauté dans un manque de perfection, j’essaie de garder mon contenu aussi spontané que possible et axer sur la qualité. J’aime y penser en me laissant guider par le ressenti et l’ambiance du moment.

    KM: Un dernier mot ?

    KB: Les mots durent, les mots nous survivent, les idées nous survivent. Donc, chaque fois que vous avez une idée ou une bonne idée, notez-la, partagez-la, écrivez-la, vous ne savez jamais, mais une petite idée peut s’épanouir et c’est ainsi que le monde grandit et évolue. Cela nous donne à tous un but, car nous sommes peut-être petits, mais nous contribuons tous, avec nos mots, nos pensées et nos idées à la vue d’ensemble. Alors, creusez plus profondément en vous et n’ayez pas peur de faire un changement.

     

    Propos recueillis par Angela Anz – Remerciements: Julie Bougerolle
    Read the English version

    Partagez cet article

    + de vidéos

    Tapez ici votre recherche et appuyez sur Entrée.