fbpx

    Luni n’a plus de Temps À Perdre – exclu Artiste Français

    Luni n’est pas un artiste ordinaire. Et les covers de sa série des 4 couleurs, « Noir », « Rose », « Orange », « Bleu » , nous le confirme. L’artiste âgé de 26 ans y apparaît, chaque fois dans une fumée opaque, nous rappelant l’inspiration cloud de sa musique. « Je me sens plus à l’aise dans le fait de faire de la musique dans le noir car le fait de ne plus rien voir me donne la sensation de ne faire qu’un avec ma création », explique-t-il avant de préciser « La fumée est un élément qui couvre mon visage et renvoie donc à cette sensation ».

    Originaire de la Banlieue Parisienne, Luni est actif depuis quelques années déjà. Entre sa première partie de Disiz à l’Elysée Montmartre ou ses featurings avec 3010 ou Tortoz, il est loin d’être un nouveau venu malgré son jeune âge. Son nouveau projet « KARĀ », qui signifie « en couleurs » en japonais, devrait voir le jour début 2019. Ce nouvel EP, plus ouvert, confirme le talent de Luni qui clôt ainsi sa série en apothéose. Le premier single issu de l’EP à venir, « Temps à Perdre », mêle différentes émotions rappelant l’ambiance de fin d’été, mêlant douceur et dynamisme. Concocté façon Luni, ce titre saura ensoleiller les soirées d’automne, acidulant le tout d’un zeste de danse. À l’occasion de la sortie du clip « Temps à Perdre », nous vous le dévoilons en exclusivité ci-dessous. En attendant, découvrez l’échange d’Angela, avec le jeune artiste.

    KODD MAGAZINE: Parle-moi de toi et de ton parcours.

    LUNI: Luni, 26 ans, artiste auteur-interprète, compositeur et parfois réalisateur. J’écris depuis mes 11 ans, j’ai commencé à m’enregistrer à 15 ans et je me suis réellement trouvé à 22/23 ans. J’ai enchainé les expériences, et me voilà ici.

    KM: Quelles sont tes influences musicales ?

    L: Je m’inspire un peu de tout que ce soit de la musique, du cinéma ou des relations. Mais les artistes qui m’ont donné envie de faire la musique et qui continuent de me motiver sont: Timbaland, Justin Timberlake, Method Man, 50 cent, Busta Rhymes, Shurik’n, Disiz et plus récemment 6lack, Drake, Majid Jordan, A$AP Rocky, Kendrick Lamar, Skepta, Kanye West, Travis Scott, la liste est longue…

    KM: Comment ton single “Temps à perdre” est-il né ?

    L: Au départ, ça ne devait pas être le single. J’avais choisi un autre morceau. Et nous nous étions inspirés de l’ambiance que dégage les singles et la musique de Mura Masa. “Temps à Perdre” est une prod que stockait BlackDoe dans son disque dur en vain. Lorsqu’il m’a fait écouté la prod, elle s’intitulait “Karaba” et je lui avais précisément dit que la prod était faite pour être un single.
    Je ne me voyais pas vraiment posé dessus, pour moi c’était plus le single type qui sonnerait bien avec un artiste tel que Dadju ou d’autres. Au final j’ai voulu tenter par pur curiosité et c’est devenu “Temps à Perdre”.

    KM: En écoutant le son “Temps à perdre”, une identité musicale et de l’émotion se mêlent: vibe de fin d’été, douceur et un zest de dance. Comment as-tu fais pour mélanger autant de genres tout créant un équilibre ?

    L: Effectivement, lorsque j’ai enregistré “Temps à Perdre” c’était le début de l’été. Je l’avais enregistré pour qu’il sorte pendant l’été. Et comme je l’avais annoncé sur mon instagram (@yoluni), je cherchais déjà à faire des morceaux qui donnent envie de bouger.
    Les gens associent souvent ma musique à quelque chose de mélancolique, je voulais prouver que ce n’est pas toujours le cas. Mais c’est aussi une période où j’étais très frustré, mes objectifs prenaient du temps à être réalisés et,
    je n’avais jamais autant pris mon mal en patience. Du coup, j’ai associé à ce que je sais faire de mieux la relation. On dit qu’on ne perd jamais vraiment notre temps car on y gagne l’expérience. Mais le temps reste le temps. Le temps c’est de l’argent et au delà de ça, ça me paraît plus qu’important.

    KM: Par ailleurs, quelle histoire se cache derrière le clip “Temps à perdre” ?

    L: Concernant le clip, le message que l’on veut faire passer, c’est que le temps est quelque chose de précieux. Il faut aussi le passer auprès de ses proches et des gens que l’on aime. Après il y a plusieurs petites idées et anecdotes.
    Comme le moment où je “défile”, je voulais faire un clin d’oeil à la manière dont défile les mannequins d’ASOS, lol. Après l’idée c’est aussi que chacun définissent à sa manière l’état d’esprit du clip.

    KM: Quelle est la suite ?

    L: La suite c’est, d’autres clips, d’autres shoots, de la promo, la sortie du EP, encore des clips, (avec un peu de chances) une tournée, et j’en passe.

    KM: Un dernier mot ?

    L: Restez humbles, soyez-vous mêmes. Restez déterminés. Soyez heureux et marrant. Et venez me follow sur mes réseaux, en particulier insta. J’ai besoin de minimum 10k pour faire des swipes. Bises.

    Habituez-vous à Luni, il s’impose déjà comme un des espoirs de la scène Hip-Hop/R&B !

     

    Propos recueillis par Angela Anz
    Read the English version

    Partagez cet article

    + de vidéos

    Tapez ici votre recherche et appuyez sur Entrée.